Troisième conférence sur la guerre de l'information

Cyberarmes et prise de décision

Tenue à Rome en novembre 2012, la troisième conférence annuelle sur la guerre de l’information a réuni des représentants autorisés de toutes les composantes décisionnelles du système italien (gouvernement, forces armées, services de renseignement, police, entreprises, finances, universités et recherche scientifique) pour discuter de questions telles que la nécessité d’élaborer une stratégie nationale de cybersécurité et l’évolution du cycle OODA (observer, orienter, décider et agir) à la lumière des nouvelles cybermenaces qui, contrairement aux menaces traditionnelles, sont « transversales », puisqu’elles peuvent exploiter les vulnérabilités des individus – souvent inconscients de ce qui se passe autour d’eux – pour frapper des cibles, tant publiques que privées, jusqu’aux plus hauts niveaux de l’organisation de l’État.

La conférence s’adressait à un public qualifié comprenant des institutions nationales civiles, militaires et de sécurité, des entreprises, des universités et des centres de recherche. Il a deux objectifs fondamentaux :

  • Approfondir les connaissances et sensibiliser les décideurs politiques et économiques du système italien à l’émergence de nouvelles cyberarmes offensives et défensives, à leur évolution future et aux problèmes sans précédent qu’elles posent aux processus décisionnels dans le domaine de la sécurité nationale et du secteur privé.
  • Réunir des experts et des analystes – issus d’organismes gouvernementaux civils et militaires, du monde des affaires et de la finance, d’universités et de centres de recherche scientifique – pour qu’ils apportent des idées et des propositions concernant :
      • l’élaboration d’une stratégie nationale de cybersécurité pour le système italien ;
      • l’introduction d’innovations organisationnelles dans l’architecture décisionnelle de la sécurité nationale dans le but de renforcer ses capacités de prévention et de réaction efficace et rapide à d’éventuelles menaces ou attaques de cyberguerre contre les intérêts vitaux de notre pays.

La conférence a été conçue par le Centre interdépartemental d’études stratégiques, internationales et entrepreneuriales de l’Université de Florence (CSSII), l’Université Link Campus, le Centre d’études « Gino Germani » et l’Institut d’études prospectives et de recherches internationales (ISPRI), en accord avec Maglan Europe, une société internationale d’audit et de conseil de premier plan pour la défense de l’information dans les domaines civil, militaire et gouvernemental.